Fiche

 

Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d'un homme d'Etat

Auteur(s):
Bruno Bernard

Collection : Etudes sur le XVIIIe siècle

Discipline(s) : Histoire

Parution: 01/1993,
ISBN: 2-8004-1077-9
Nombre de pages: 236 pages
Prix: 17.23

Lien digithèque: Télécharger en format électronique

Téléchargement


Synopsis

Personnage essentiel et injustement méconnu du XVIIIe siècle belge, Patrice-François de Neny fut, au long d'une carrière gouvernementale de près d'un demi-siècle, un élément moteur de l'appareil administratif autrichien à Bruxelles. Fils d'un émigré irlandais devenu, dans la première moitié du siècle, secrétaire d'Etat et de Guerre, il gravit successivement tous les échelons du gouvernement avant d'occuper de 1757 à 1783 le poste le plus élevé qu'un "Belge" pût alors ambitionner : celui de "chef et président" du Conseil privé. S'inscrivant - non sans nuances - au sein du vaste courant des Lumières, et servant avec fidélité tant Marie-Thérèse que son fils et successeur Joseph II, il offre cependant l'image d'un homme fortement marqué par le contexte "national" des anciens Pays-Bas. Son attachement aux constitutions traditionnelles des principautés souligne notamment, tout comme son refus réitéré de l'arbitraire, ce qu'il doit au terreau juridique et institutionnel local, mais aussi à Montesquieu, le seul, parmi les "Philosophes", qu'il admire sans réserve. Véritable "homme-orchestre" du gouvernement, il déploie ses compétences tant en matière diplomatique - l'actuelle frontière franco-belge lui doit beaucoup - qu'à la tête de l'Université de Louvain ou encore lors de la suppression, en 1773, de la Compagnie de Jésus. Chrétien convaincu, mais refusant, en bon gallican et philojanséniste qu'il est, l'intrusion de l'Eglise dans la sphère politique, il vise, comme Joseph II, à mettre le clergé au pas et à le rendre à sa destination originelle : le service de Dieu et du prochain. Homme de cabinet, historien à ses heures, il ne néglige pas pour autant une vie privée et familiale que l'on devine empreinte de confort, de bonne chère et d'urbanité bourgeoise, que ce soit en son hôtel bruxellois, à sa "campagne" de Vilvorde, ou encore à Villers-sur-Lesse, en Ardenne, où il rejoint chaque été sa fille, Charlotte, et son gendre Pierre-Benoït Desandrouin. Dans cet ouvrage, fruit d'un décennie de recherches, Bruno Bernard restitue, sous toutes leurs facettes, la personnalité et l'action de ce grand homme d'Etat.



PrintImprimer           MailEnvoyer à un ami