Fiche

 

Aux origines de la révolution américaine : John Adams. La passion de la distinction

Auteur(s):
Jean-Paul Goffinon

Collection :

Discipline(s) : Philosophie

Parution: 01/1996,
ISBN: 2-8004-1138-4
Nombre de pages: 194 pages
Prix:

Lien digithèque: Télécharger en format électronique

Téléchargement


Synopsis

Disponible sous forme électronique sur le site de la Digithèque de l’Université libre de Bruxelles

 

L’ouvrage de Jean-Paul Goffinon porte sur une question centrale de la philosophie politique : quelles sont les conditions du bon régime ? Faut-il, pour élaborer une bonne "constitution", réformer la nature humaine, tenter de rendre les hommes vertueux ? Est-il au contraire nécessaire de tenir compte de passions inéliminables, le régime le meilleur consistant dès lors à canaliser ces dernières ? Cette question traverse l’oeuvre de John Adams (1735-1826), l’un des Pères Fondateurs des Etats-Unis d’Amérique. Acteur important s’il en fut de la Révolution américaine, Adams est peu connu du public de langue française : l’importance théorique de son oeuvre devait donc être explicitée. Le mérite de ce livre, clair et extrêmement bien informé, consiste tout d’abord en la présentation théorique du rôle que joue la "passion de la distinction" dans une oeuvre par ailleurs très disparate. Goffinon a non seulement étudié de façon approfondie l’oeuvre d’Adams, mais il connaît également très bien les études les plus récentes concernant la Révolution américaine. C’est dans cette perspective qu’il fournit son interprétation. Adams a toujours considéré qu’une des passions fondamentales de l’homme était la passion de se distinguer. Celle-ci peut prendre diverses formes, de la plus médiocre, l’envie, jusqu’au désir de se distinguer par des actes qui resteront dans la mémoire et nous procureront donc une sorte d’immortalité. Toute philosophie politique qui dénierait le caractère constitutif d’une telle passion serait vouée à l’échec : la passion non reconnue comme telle - et donc non canalisée - se manifesterait de façon sauvage, menant aux pires formes de despotisme. Adams, tenant compte de ces prémisses anthropologiques, analyse avec une grande subtilité les enjeux de la Révolution américaine, ainsi que l’échec, dû à l’égalitarisme, de la Révolution française. Ce faisant, il anticipe de façon très troublante la corruption démocratique et les totalitarismes contemporains. L’ouvrage de Goffinon réactualise pour nous de façon passionnante et rigoureuse ces débats transatlantiques, tout en tirant des leçons très inattendues pour notre époque. Avant-propos de Guy Haarscher.



PrintImprimer           MailEnvoyer à un ami