Fiche

 

L’Etat dans la société capitaliste. Analyse du système de pouvoir occidental

Auteur(s):
Ralph Miliband

Collection : UBlire

Discipline(s) : Science politique

Parution: 10/2012,
ISBN: 978-2-8004-1529-1
Nombre de pages: 336 pages
Prix: 10 €
Préfacier: Paul Magnette
Traducteur: Christos Passadéos

Téléchargement


Synopsis

A la charnière des années 1960 et 1970, le spectre du communisme ne semble plus hanter l’Europe.  L’image de Staline, du stalinisme et de l’Union soviétique est en déclin. Et l’intervention des troupes du pacte de Varsovie en août 1968 en Tchécoslovaquie marque la fin d’une tentative d’édifier un « socialisme à visage humain ».

Mais le constat ne s’arrête pas à ces observations. Les conditions dans lesquelles peut être reçu l’appel révolutionnaire ont fort évolué. Les sociétés européennes ont bâti un Etat-providence qui semble attester de leur capacité à se réformer et à répondre à la « question sociale ».  Et l’économie mixte se donne à voir comme un contrepoids aux défauts du capitalisme. Bref, les trente glorieuses auraient donné naissance à un « consensus pragmatique » sur les questions socio-économiques.

Mais en est-il réellement ainsi ? Telle est la question que Ralph Miliband traite dans cet ouvrage, paru dans sa première édition en 1969, et qui s’imposera très vite comme un livre classique des sciences sociales. Miliband y décortique l’action du monde des grandes entreprises pour influer sur la décision politique des pouvoirs publics et y suggère une alternative claire à la logique de marché, toujours centrale à ses yeux dans le fonctionnement des sociétés européennes. Abondamment cité et commenté, cet ouvrage s’impose comme une lecture incontournable dans une période de crise sans précédent tout à la fois de l’économie de marché et de l’idée de changer le monde.



Compte rendu

« C’est en 1969 que Ralph Miliband, alors professeur à la prestigieuse London School of Economics and Political Science, a publié cet ouvrage qui, ainsi que le constate Paul Magnette dans sa préface à cette édition, est devenu « un tout grand classique dans les sciences sociales ». Pourquoi s’y (re)plonger aujourd’hui ? Tout simplement parce qu’il y est notamment question de l’action du monde des grandes entreprises - donc des banques - pour influer sur la décision politique des pouvoirs publics et d’une alternative claire à la logique de marché. Des sujets d’actualité, en quelque sorte, en ce temps de crise, d’autant que l’auteur explore aussi des pistes visant à régénérer la pensée marxiste en prenant pour cœur de cible un objet resté très largement impensé dans les courants marxistes: l’État… qui reste également un sujet de préoccupation pour certains ».
Agence Europe, bulletin n° 10778, Bibliothèque européenne, n° 989, février 2013 (Michel Theys).

 

« Rédigé à l’époque des « Trente Glorieuses », le livre suscite un regain d’intérêt dans la crise que traverse l’économie mondiale. Tout en se situant dans une optique marxiste, Miliband tente d’approfondir cette notion d’État, que Marx n’a évoqué que de façon schématique, après Gramsci qui fut le premier à apporter une contribution marxiste importante à l’analyse de la théorie de l’État ».
L'Ours,  mensuel socialiste de critique littéraire culturelle artistique, n° 424, janvier 2013, p. 3 (Claude Dupont).




PrintImprimer           MailEnvoyer à un ami