Fiche

 

Ma jeunesse

Auteur(s):
Jules Michelet

Collection : UBlire

Discipline(s) : Histoire

Parution: 10/2013,
ISBN: 978-2-8004-1542-0
Nombre de pages: 256 pages
Prix: 9,5 euros
Préfacier: Paule Petitier

Téléchargement


Synopsis

« Le temps avance », écrivait Michelet en 1864, « je ne ferai probablement jamais mes Mémoires ; mais, dans mes notes éparses et tant d’années accumulées, dans mes journaux que j’ai repris avec suite à partir de 1838, dans les programmes de mes livres, dans les matériaux de mon enseignement, surtout dans mes cours inédits du Collège de France, – où tant de fois, j’ai porté devant mes auditeurs mon cœur saignant des malheurs de la patrie et de mes propres blessures ; enfin, dans mes préfaces, plutôt dans leur préparation que dans le texte même, j’en laisserai tous les éléments. C’est là, que j’ai exprimé mes pensées et mes sentiments les plus intimes sous la forme la plus vivante, la plus originale, la plus vraie, j’oserai dire la plus féconde ».
Elaboré à partir des papiers intimes de Michelet – son « âme de papier », comme il les appelait, « qui, loin de représenter une masse inerte, constituait du temps où l’historien vivait, la matrice de ses nouvelles œuvres » (Paule Petitier) –, des souvenirs évoqués dans ses livres ou encore de ses confidences à sa seconde épouse, Athénaïs Mialaret, avec laquelle il forma un couple fusionnel, l’ouvrage posthume Ma jeunesse couvre une période qui va de l’extrême fin du XVIIIe siècle aux premières années d’enseignement de Michelet et se lit comme le roman de ces années décisives dans la vie de l’historien.
Considéré de son vivant comme un maître spirituel, Jules Michelet (1798-1874) laisse une œuvre historique abondante : une Histoire de France, une Histoire de la Révolution française, une Histoire du XIXe siècle, toutes en plusieurs tomes, à côté d’essais sur des questions sociales et sur l’histoire naturelle, d’œuvres centrées sur le rôle de la femme dans la société contemporaine (La Femme) et dans l’histoire (La Sorcière), … Révoqué de son poste aux Archives et de sa chaire au Collège de France après le coup d’Etat du 2-Décembre 1851, ce démocrate convaincu resta toute sa vie attaché aux idéaux de la Révolution française et à son engagement républicain.



PrintImprimer           MailEnvoyer à un ami