Fiche

 

Journal d’une bourgeoise. 1914-1918

Auteur(s):
Marguerite Giron

Collection : Histoire

Discipline(s) : Histoire

Parution: 06/2015,
ISBN: 978-2-8004-1582-6
Nombre de pages: 432 pages
Prix: 25
Préfacier: Edité par Daniël Vanacker, préface de Kenneth Bertrams

Téléchargement


Synopsis

« C’est une évocation si sincère et si vibrante de ces années abominables de l’occupation, qu’en parcourant les pages, j’avais l’impression parfois, jusqu’à l’illusion, de vivre encore sous le joug de l’ennemi », écrit le grand historien Henri Pirenne à Marguerite Giron après avoir lu le Journal d’une bourgeoise, l’un des rares journaux écrits par une femme à l’époque en Belgique.
Destinés à ses fils, mobilisés dans la lutte contre l’envahisseur… « s’ils reviennent », ces cahiers où elle consigne au jour le jour ses angoisses et ses espoirs, les deuils et les naissances et tous les événements qui émaillent le quotidien de son entourage, ne sont en effet pas une simple chronique familiale.
C’est aussi et surtout un témoignage passionnant sur une période sombre de l’histoire, traversé par un leitmotiv : « les civils tiennent ». Marguerite y évoque la vie difficile des Belges, soumis à une censure pesante, harcelés par une bureaucratie tatillonne qui prétend tout contrôler, victimes de vexations et de réquisitions en tout genre, sinon d’une répression féroce ; l’esprit frondeur de ses compatriotes qui narguent l’occupant ou lui résistent ouvertement lors des mises sous séquestre des usines ou de l’instauration brutale du travail obligatoire ; la misère noire des plus pauvres qu’elle découvre lors de ses activités caritatives ; la cupidité des profiteurs de guerre ; la révolte des fonctionnaires et des magistrats ou encore la politique de flamandisation menée par les Allemands. En dépit des difficultés à obtenir des informations fiables par la presse clandestine ou internationale, les courriers qui échappaient à la censure ou les amis et relations qui revenaient de l’étranger, elle suit de près aussi les rebondissements politico-diplomatiques de cette époque troublée en Belgique comme à l’étranger et, bien sûr, les nouvelles militaires.
« Nous menons », écrit-elle un jour de 1916, « une vie exposée et précaire dans un temps furieusement intéressant ». Le lecteur ne pourra que partager cet avis.



PrintImprimer           MailEnvoyer à un ami