Fiche

 

Le fusil et l’olivier. Les droits de l’Homme en Europe face aux dictatures méditerranéennes (1949-1977)

Auteur(s):
Victor Fernandez Soriano

Collection : Histoire, conflits, mondialisation

Discipline(s) : Histoire

Parution: 10/2015,
ISBN: 978-2-8004-1588-8
Nombre de pages: 352 pages
Prix: 30 €

Téléchargement


Synopsis

« Il n’y a pas d’oranges fascistes. Il n’y a que des oranges » : cette phrase du ministre français des Affaires étrangères, Georges Bidault, prononcée devant l’Assemblée nationale française, en 1948, lors d’un débat sur l’Espagne franquiste, résume à elle seule les relations établies par les Etats fondateurs des Communautés européennes avec les dictatures d’Europe du sud au cours des trois décennies qui suivent la seconde guerre mondiale. Les discours commémoratifs contemporains évoquent une intégration européenne axée dès l’origine sur la défense des droits de l’Homme. L’« Europe des droits de l’Homme » et l’« Europe économique » empruntèrent pourtant des voies séparées, l’une, sous la forme d’un Conseil de l’Europe consacré pour l’essentiel à la protection des droits de l’Homme mais dépourvu de force de dissuasion et l’autre, au travers de Communautés européennes dotées de pouvoirs réels mais peu réceptives aux préoccupations non économiques. Ce livre retrace le processus de convergence de ces deux pans majeurs de la construction européenne à travers l’évolution des relations entretenues par ces organisations internationales avec les dictatures méditerranéennes. Si la démocratie et les droits de l’Homme devinrent, avec le temps, des composantes essentielles du processus d’intégration européenne, ils le durent en grande partie aux réseaux de solidarité internationale et à l’activisme d’acteurs politiques déterminés à prouver qu’il existait bien des « oranges fascistes ».



Compte rendu

« Résultat d’une thèse de doctorat d’une remarquable rigueur scientifique, fruit de recherches dans les archives de plusieurs pays (Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Portugal) auxquelles s’ajoute une importante bibliographie, l’ouvrage renouvelle l’étude des dictatures méditerranéennes, des institutions et des politiques européennes. Le poids des acteurs et des réseaux politiques internationaux n’est pas négligé. Insistant sur les aspects politiques et institutionnels, le livre a également le mérite de mettre en parallèle la construction d’une Europe politique, résultat de l’action du Conseil de l’Europe, et la construction économique européenne, liée aux Communautés, et d’analyser le passage d’un « cadre technocratique économique » à un « cadre politique » au sein des institutions européennes » (Mathieu Trouvé, Vingtième siècle, 2017/3, n° 135).




PrintImprimer           MailEnvoyer à un ami