Auteur - Thomas Berns

 

Thomas Berns (1967) enseigne la philosophie politique et l’éthique à l’Université libre de Bruxelles. Après avoir longtemps développé ses recherches au sein du Centre Perelman de philosophie du droit (www.philodroit.be), il dirige maintenant le PHI – Centre de recherche en philosophie de l’Université Libre de Bruxelles : http://phi.ulb.ac.be/index.php.
Docteur en philosophie de l’ULB, maître en Etudes sur la Renaissance à l’Université de Ferrara, il a obtenu pour sa thèse de doctorat sur la philosophie politique à la Renaissance, le prix de la Fondation Halkin-Williot.
Philosophe du politique, du droit et des normes au sens large, il est l’auteur de Violence de la loi à la Renaissance (Kimé, 2000), Droit, souveraineté et gouvernementalité (Léo Scheer, 2005), Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique (PUF, 2009) et le co-auteur de Responsabilités des entreprises et corégulation (Bruylant, 2007) et de Du courage. Une histoire philosophique (Les Belles Lettres, 2010). Ses travaux actuels portent, outre sur la pensée politique à la Renaissance et au seuil de la modernité, sur la question générale de la guerre et la philosophie des relations internationales, et sur les nouvelles formes de normativité comme le contrôle statistique ou le gouvernement par le rapport…
Il est secrétaire général de l’Institut interuniversitaire Renaissance et Humanisme (Bruxelles), membre des comités de rédaction des revues Multitudes (Paris) et Dissensus (Liège), et du « Conseil de la transmission de la mémoire » (Communauté française de Belgique).